Site du CÉPROCQ

Retour au site du Collège de MaisonneuveRetour au site du Collège de Maisonneuve
Accueil > Étude de cas

Étude de cas

Coop Cap

Coop Cap aspire à une agriculture écologique de proximité et au développement d'une plus grande autonomie alimentaire. Ainsi, elle s’intéresse à la valorisation des cynorhodons de rose. En effet, ce faux-fruit du rosier contient une huile avec une teneur élevée en gras insaturés, d’où la raison de le valoriser. Cette huile présente notamment des effets bénéfiques sur l'amélioration du métabolisme lipidique et sur le vieillissement cutané. Le CÉPROCQ a développé un procédé d’extraction au fluide supercritique pour Coop Cap pour produire cette huile facilement homologable en tant que produit de santé naturel.

Les 3 Barils

Dans le cadre d’une subvention d’engagement Partenarial, le CÉPROCQ a aidé le producteur de gin de Baie-Comeau Les 3 Barils à étudier la composition de ses gins et à vérifier qu’ils sont bien stables dans le temps afin de permettre une future commercialisation.

Neoxis

Dans le cadre d’une subvention d’engagement Partenarial, le CÉPROCQ a aidé l’entreprise Groupe Neoxis à développer un procédé supercritique de délipidation de ses poudres d’insecte.

QSS

La compagnie QSS a développé une technologie de production de micro-algues riches en astaxanthine, un complément alimentaire et un puissant anti-oxydant, que le CÉPROCQ a réussi à extraire par CO2 supercritique après un prétraitement. Une huile concentrée en astaxanthine a été obtenue et est commercialisée dans la catégorie des produits de santé naturels (PSN) sous forme de gélule. D’autres PSN sont actuellement à l’étude.

Anatis

Le développement de bioinsecticides est devenu un enjeu majeur pour contrer les effets néfastes de leurs homologues chimiques sur la faune et la flore, et les êtres humains. Depuis plusieurs années, le CÉPROCQ collabore aux travaux de recherche de la compagnie Anatis Bioprotection pour développer des formulations liquides et solides certifiées BIO à base d’un microchampignon à caractère hydrophobe marqué. Pour contrer ce phénomène, le CÉPROCQ a eu le défi de sélectionner les bons excipients pour obtenir une bonne dispersion du produit dans l’eau, avant son application sur le terrain.